de la II République à la 1er Guerre Mondiale
La Frette
 

Présentation
Histoire
Galerie de Photos
Plan


Informations
 

Pratiques
Municipales


Les Associations
 

Culturelles-Sportives-Divers


Infos Culturelles
 

Les artistes Frettois


Enfance

 

Ecoles-Crèche
Cantine

Evènements
 

Calendrier
Divers


Courrier
 

Vos courriers
Nous écrire


A lire
 

Fiches de lecture

 
Dates
Histoire de La Frette
Histoire nationale et départementale
1848

Le jour de Pâques, les hommes du village sont allés voter en masse et, pour la première fois, tout le monde vote pour les élections législatives.
Juillet : Jean-Simon Chapelle est élu maire au scrutin individuel et secret, à la majorité absolue des conseillers.

24 février : Louis Philippe abdique.
25 février : proclamation de la deuxième République. 
Juin : insurrection ouvrière réprimée par l’ armée à Paris.
10 décembre : Louis Napoléon Bonaparte est élu Président de la République. C’est la première élection au «suffrage universel» (sans les femmes !) à ce niveau.

1850
Les maladies cryptogamiques des ceps se répandent. Pour les combattre on utilise avec succès le soufrage. La loi "Falloux" sur la liberté de l'enseignement.
1851
Dans les années 1850 le rendement moyen est de 63 hectolitres de vin à l'hectare. Au 18° siècle, il était de 25 hectolitres par hectare.

2 décembre : coup d'état de L.N. Bonaparte.

La révolution industrielle se poursuit et s’ accélère.

1852
Avril : démission de Jean-Simon Chapelle. Louis-Nicolas Adéral Paulmier recueille le plus grand nombre de voix (74) et est désigné comme maire.

Nouvelle constitution.
Changement de loi électorale : les conseillers municipaux sont toujours élus au suffrage universel mais le maire et l'adjoint sont désignés par le préfet et ne sont pas forcément choisis parmi les conseillers.
2 décembre : proclamation de l'Empire.
Bonaparte devient Napoléon III (1852-1871).

1855
Louis-Nicolas Adéral Paulmier est confirmé comme maire par le préfet.

1854 : guerre de Crimée.
Exposition universelle.
1855 : Haussmann devient préfet de la Seine et engage de grands travaux dans Paris.

1860
Louis-Nicolas Adéral Paulmier est reconfirmé comme maire par le préfet mais il recueille de moins  en moins de voix de ses concitoyens. Nice et la Savoie votent leur rattachement à la France.
1861

La Frette compte 359 habitants. 45 élèves fréquentent l'école.
Certains conseillers municipaux sont suspendus et le préfet nomme une commission administrative de sept membres pour gérer la commune. Le procureur impérial et le commissaire de police d'Argenteuil dénoncent la discorde qui règne entre les habitants.( !…)

Les écoles primaires laïques se développent.
1863

Juin : L.N. Paulmier est menacé de révocation. Il cesse de signer les registres d'état civil.
Septembre : Louis-Charles Chapelle est désigné comme maire. Son adjoint est Louis-Antoine Camus.

Construction de l'Opéra (1862-1874).
1865

Le maire est battu de justesse au nombre  de voix par son adjoint, mais il est confirmé dans ses fonctions.
La Frette compte 385 habitants

 
1869
Août : Louis-Charles Chapelle démissionne et Camus préside les sessions.

Inauguration du canal de Suez.
Victoires de Magenta et de Solférino.

1870

Août : malgré une très nette victoire aux élections (82 voix contre 52),  Camus est supplanté par Chapelle qui est décidément l'homme de confiance des autorités.  La Frette est occupée jusqu'en octobre 1871. Beaucoup d'habitants fuient vers l'ouest.
La mairie est sur le point de s'écrouler pour cause de vétusté. Il faut prévoir pour les services municipaux deux bureaux et une salle de réunion dans le bâtiment d'Ecole -Mairie.
L'école compte 59 enfants qui étouffent dans un local de 51 m². Le problème de la construction d'une maison d'école se pose.

La guerre éclate avec la Prusse.

1er septembre : défaite de Sedan.

4 septembre : la III° République est proclamée par Gambetta.

22 septembre : les troupes prussiennes encerclent Paris.

1871

7 mai : Louis-Antoine-Auguste Camus est élu comme maire. Il n'y a que 66 votants à cause de la dispersion de la population. Son adjoint est Jean-Louis Lambert.
M. Camus tape à toutes les portes pour réunir les 30 000 F nécessaires pour la construction du bâtiment de l'Ecole -Mairie.

Janvier : capitulation de Paris.
Mars à mai : insurrection de «la Commune» et répression sanglante par l’armée.
Mai : l’Allemagne annexe une partie de l’Alsace et la Lorraine.
Avec la République la loi a changé et désormais les maires et adjoints sont élus par les conseillers.

1872

Pour permettre la  construction de la mairie- école, les Frettois décident de renoncer aux indemnités (16 618 F) accordées pour les dégâts causés par les troupes allemandes.
Installation d'un bateau-lavoir en face de l'église.
Construction d'un presbytère, occupé par le bureau de poste jusqu'en 1947. Le presbytère sera totalement libéré en 1962.

Reconstruction de l'Hôtel de Ville.
1874
Louis-Antoine-Auguste Camus obtient aux élections le plus grand nombre de voix (70 sur 99) et est réélu maire.  
1875
Paul Cézanne peint un tableau intitulé par erreur  "Paysage au bord de l'Oise" et qui représente en  réalité les vieilles maisons de La Frette au bord de la Seine. Le tableau se trouve actuellement au Musée du Petit Palais à Genève.

25 février : loi sur l'organisation des pouvoirs publics.

16 juillet : loi sur les rapports des pouvoirs publics.

1876

Début des travaux de construction de la mairie. L'architecte désigné est M. Blondel. Le coût total s'élève à 34 265 francs soit 5 fois le budget annuel de la commune.
Importante crue de la Seine.

Début de la construction du Sacré-Cœur qui va durer jusqu'en 1910.
1877

Inauguration du nouveau bâtiment de la mairie.
Installation de l'école dans le bâtiment de la mairie.
L'école est mixte.

 
1878
Louis-Antoine-Auguste Camus vient en tête des élus et le conseil le réélit maire.

La Troisième République est définitivement installée.
Exposition Universelle.

1880
Apparition d'une nouvelle maladie des ceps, le mildiou originaire des Etats-Unis. Il faudra traiter avec du sulfate de cuivre. 14 juillet : la fête nationale est célébrée pour la première fois et la Marseillaise est choisie comme hymne national.
1881

Janvier : Louis-Antoine-Auguste Camus est battu d'une voix mais réélu par le conseil avec 9 voix sur 10.
Son adjoint est Clément Macaire.
Le 29 avril paraît dans le quotidien "Le Gaulois" une description des lilas de La Frette faite par Guy de Maupassant.

29 mars : lois municipales.
16 juin : loi sur la gratuité de l'enseignement.
29 juillet : loi sur la liberté de la presse.

1882

Décembre : démission du maire pour motifs personnels.
Clément Macaire est élu maire. Son adjoint sera Fromont.
Création d'une école de filles.
Il y a une soixantaine d'enfants scolarisés.

Loi créant la Caisse des Ecoles.
29 mars : loi Ferry qui rend l'enseignement primaire laïque, gratuit et obligatoire pour les enfants de 6 à 13 ans.

1883

L'état de reconnaissance dressé cette année répertorie 31 chemins ou sentes présentant un intérêt général à La Frette.

Décembre : Clément Macaire s'oppose à un projet de traînage par chaîne entre Montigny et La Frette parce qu'il serait préjudiciable aux activités agricoles de la commune

Guerre franco-chinoise.

L’Annan, le Tonkin et Madagascar deviennent protectorats français.

1884

A la suite des prises de position sur le projet de traînage, une compétition sévère oppose les deux candidats à la mairie. Ernest Chapelle l’emporte sur le maire sortant au 3° tour avec 6 voix contre 4.
Son adjoint est Alexandre Bontemps.

Un arrêté du 4 janvier autorise la Société des Plâtres réunis du Bassin de Paris (à laquelle succédera la Sté Poliet & Chausson) à établir un port d'embarquement à La Frette, à l’emplacement actuel de la base des Sports Nautiques. L'ancien port se trouvait plus au nord, du côté du square du Port-au-plâtre.

21 mars : loi sur la création des syndicats.

5 mai : loi Naquet sur la réintroduction du divorce dans la législation.

Institution des "poubelles" par le préfet du même nom.

1886
Nomination le 25 décembre de M. Bournerias comme instituteur à La Frette.  
1888

Mai : Ernest Chapelle est réélu avec 9 voix sur 10.
L'ensemble des dépenses du budget s'élèvent à 8 170 F dont 4 500 F de paie de personnel : un secrétaire de mairie, un garde-champêtre, des cantonniers, deux instituteurs.

Création de l'Institut Pasteur.

Construction de la tour Eiffel en 2 ans  (300 m de haut) pour l’ exposition universelle de 1889.

1890
Fin de la construction du grand viaduc ferroviaire commencée en 1889. La dépense totale  s'élève à 247 000 F (1 million de francs actuels).

1er mai : première célébration de la fête du travail.

9 octobre : premier vol en avion de Clément Ader.

1891

La mise en exploitation du chemin de fer est annoncée. Les trains de marchandise sont admis à circuler.
La réception officielle a lieu le 21 mai.
Dès juin la ligne est ouverte au trafic de voyageurs.
La même année on fait le projet de construction d'un pont-aqueduc au Val d'Herblay  pour faciliter la communication avec l'autre côté de l'eau ( !…)

1er mai : A Fournies la manifestation tourne au drame : la troupe tire sur les grévistes.
1892

Ligne Argenteuil – Mantes : cette ligne de chemin de fer construite par la Compagnie de l'Ouest crée une halte sur le plateau, encore vide d'habitations. Paris et Pontoise sont désormais à une demi-heure de notre village.

La contribution financière de la commune est de 3 750 F sur les 15 000 F nécessaires à la création de la halte.

Le tableau de Paul Luchet (1854-1936) représentant les bords de Seine à La Frette est exposé au Salon de la Nationale des Beaux-Arts. Offert en 1975 à la municipalité de La Frette par celle d'Herblay, il est exposé-encore de nos jours-dans la salle des mariages de la mairie.

11 juillet L'anarchiste François Koenigstein dit Ravachol est exécuté.
1893
Vigne : récolte exceptionnelle en qualité et quantité L'anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe en pleine cession de la Chambre des députés.
1894

Août : démission d'Ernest Chapelle. Louis Clément Macaire est élu  avec 6 voix sur 10.

Projet de construction du chemin de la halte (l'actuelle rue de la Gare) reliant le village à la gare de la compagnie de l'Ouest. Il faut beaucoup de temps pour vaincre les résistances et trouver le financement de 20 000 F. Le projet une fois réalisé, le maire fait tout pour attirer la population parisienne pour les dimanches au bord de l'eau, puis pour fixer définitivement cette population.

Construction d'un pont - aqueduc pour l'assainissement de Paris, du 20 mars au 4 août de la même année(4 mois et demi).

24 juin : le président Sadi Carnot est poignardé à Lyon par l'anarchiste italien Caserio.

24 septembre : début de l'affaire Dreyfus.

22 décembre : Dreyfus est condamné et déporté en Guyane.

1896
Louis Clément Macaire est réélu  maire

16 février : le président Félix Faure meurt subitement.
28 décembre : la première séance de cinéma donnée par les frères Lumière au Grand-Café à Paris.

1897
5 août : le Conseil municipal approuve la construction de l'actuelle rue de la Gare. Le prix de la terre à vigne est de 5 000 F l'hectare. 6 décembre : le journaliste Bernard Lazare dénonce l'erreur judiciaire commise par les juges de Dreyfus.
1899

Le député de la circonscription est M. Maurice Berteaux, maire de Chatou, élu en 1898.
Premières protestations officielles contre le déversement des eaux d'égout de la Ville de Paris.
La Frette compte 420 habitants.
Arrivée du phylloxera, petit puceron jaune, destructeur de vigne dans le midi et le centre de la France dans les années 1864-1874. Entretemps, on a appris à le combattre. On replantait partout du cépage américain plus robuste sur lequel on greffait des vignes françaises. La récolte est faible. Le prix du vin tourne autour de 50 F l'hectolitre. Un hectare de vigne rapportait à cette époque 1 000 à 1500 F par an.
Le maire réclame fermement à la Compagnie de l'Ouest l'arrêt de tous les trains à la halte et la construction d'un abri sur le quai. On adresse des pétitions à la Compagnie pour qu'il y ait des trains toutes les 1/2 heures entre 6 h et 9 h du matin et à partir de 17h30.
Le nombre de mouvements dans le port de La Frette est de 30 000 tonnes.
La mairie possède une reproduction de cette monographie datée de 15 septembre et établie par M. Bournerias, instituteur, sur demande de son ministre.

1898 : Pierre et Marie Curie découvrent le radium.

18 février 1899 : Emile Loubet est élu Président de la République.

Le Président du Conseil est Waldeck-Rousseau dont le ministère dure jusqu'à 1902.

Le ministre de l'Institution Publique demande à tous les instituteurs de France de rédiger une étude historique et géographique sur la commune où ils exerçaient leur fonction.

12 août : l'affaire de Fort Chabrol éclate à Paris. Dans un immeuble du 51 rue de Chabrol, le chef de la ligue nationaliste et antisémite, Jules Guérin, va soutenir un siège de plusieurs semaines contre les forces de police dirigées par le Préfet Epine. Il se rend le 20 septembre. Affaire Dreyfus : le capitaine sera gracié le 19 septembre.

1900
Louis Clément Macaire est réélu  maire.

14 avril : exposition universelle à Paris.
19 juillet : inauguration du métro à Paris.

1902
La Frette compte 471 habitants

Réforme de l'enseignement secondaire.
31 mars : fermeture de 2500 écoles religieuses. Limitation du travail masculin quotidien à 10H30.

1904
Louis Clément Macaire est réélu  maire (144 électeurs cette année là) Loi de la séparation des Eglises et de l’Etat.
1907
La paroisse est desservie par celle d'Herblay jusqu'en 1918. 1906 : Dreyfus est innocenté.
1908

L'école devient trop petite .
On construit derrière la mairie un nouveau bâtiment d'école comportant deux salles de classes, bâtiment devenu depuis salle des fêtes.

13 janvier : Farmant réalise un kilomètre de vol en circuit fermé.
1909

Juin : mort du maire.
Août : élection du nouveau maire :l’adjoint Gustave Fromont est élu.

25 juillet : Blériot traverse La Manche en avion.
1910

Les dépenses du budget s'élèvent à 10 629F. Beaucoup de controverses (entre 1910 et 1911) concernent l'aménagement du quai de Seine en route reliant La Frette à Conflans à la suite de l’initiative de M. Baillet, président du Touring-Club de France.

Le conseil municipal subordonne son accord au tracé de cette route, qu'il souhaite au pied de la côte et non suivant la berge. Les raisons suivantes sont évoquées : «le passage des véhicules soulève des nuages de poussière qui pénètrent dans les maisons»… «il en résulte une diminution très sensible des valeurs foncières des immeubles»… «la population toute entière proteste en une pétition de 173 signatures»... «les possesseurs d'automobiles, membres du T.C.F. résidant à la Frette sont les premiers à protester».

Une négociation s'engage avec la Ville de Paris au sujet du projet de construction de la "passerelle-aqueduc" que le conseil rejette d'abord catégoriquement parce qu'elle "détruirait tout l'intérêt du paysage, recherché des artistes et touristes".

Une crue historique de la Seine atteint la cote de 8 m 80.

 
1911

Le 24 juin le conseil municipal rejette à l'unanimité le projet de la route de La Frette à Conflans.

D'après l'Almanach, la poste fait deux levées par jour. Toujours d'après l'Almanach, l'instituteur se nomme M. Briquet. Il précise qu'il y a 568 habitants à La Frette.

Moyennant une indemnisation de 25000 F destinée à financer l'adduction d'eau potable, le projet est accepté. Le maire traite avec la Compagnie Générale des Eaux qui réclame 30 000 F.

1912 : le Maroc devient protectorat français.
1913
Les époux Chassanerie deviennent instituteurs à La Frette 3 août - Poincaré élu Président de la République

 

 

   
I La Frette I Infos pratiques I Infos municipales I Les Associations I Infos Culturelles I Enfance I Evènements I Courrier I A lire I